J’ai monté une cuisine Ikea Metod : retour d’expérience

Noter cet article

Pour clore ma série d’articles sur les cuisines, rien de mieux qu’un retour d’expérience sur le montage d’une cuisine en kit ! Avant d’en installer une, j’avais de grosses appréhensions (alors que j’avais en fait toutes les compétences, à savoir percer et scier), et je n’ai pas trouvé de récits de montage pour m’éclairer.

A trois personnes, cela nous a pris trois jours (mais on aurait pu être plus rapides en gérant mieux le temps).

Nous avons suivi les étapes indiquées dans le guide de montage Ikea, qui est tellement bien fait que je te laisse le consulter pour connaître le déroulement général d’un montage de cuisine. Ici, je vais partager avec toi les détails qui ne figurent pas dans le guide !

_ Pour ne pas perdre de temps, il vaut mieux s’être préparé : connaître les étapes de montage et le plan de la cuisine. Mais surtout, je te conseille d’avoir sous la main le plan et la liste des différents colis, parce que sinon, tu te retrouveras avec une bonne cinquantaine de cartons identifiés par des chiffres sans savoir à quoi ils doivent servir.

_ La nouveauté avec les cuisines Ikea Metod, c’est que tout commence par l’installation des rails auxquels seront accrochés les caissons.

Ce système de rails est très pratique, parce qu’une fois posés tout vient se fixer et s’aligner rapidement, mais il faut impérativement les poser droit, avec des fixations solides, etc.

Il faut donc connaître la nature de mur pour avoir le matériel de perçage adapté (perceuse à percussion, ou perforateur-burineur si tes murs sont en béton), et éventuellement prévoir des cales si le mur n’est pas droit.

Enfin, pour les caissons hauts, nous n’avons pas réussi à placer le rail contre le plafond, il reste donc 1 cm entre le haut des meubles et le plafond (ce qui n’est pas plus mal, on est sûrs que les portes ne racleront pas le plafond).

_ Pour le montage des caissons (ma partie préférée ! Visseuse ET tournevis conseillés), il faut absolument respecter à la lettre la notice de montage. Celles d’Ikea sont très précises, si une pièce ne s’emboite pas, c’est qu’on s’est trompé ! Quand on a fait deux caissons, on se dit qu’on peut faire les 6 caissons suivants sans regarder la notice : c’est le meilleur moyen de faire une erreur. Par exemple, une même façade de tiroir se monte différemment si elle est tout en bas du meuble ou non…

_ Une fois les caissons montés, on peut les pré-installer sur les rails, et donc prévoir les découpes à y faire (pour rendre accessibles les prises électriques, ou laisser passer les tuyaux), découper les fileurs pour masquer les espaces vides, et fixer les joues de finition latérales. L’avantage de la gamme Metod, c’est que lorsque tout est bon, on donne simplement un tour de tournevis pour verrouiller les caissons aux rails.

_ C’est l’heure de la découpe du plan de travail. Pour cela, il te faudra deux tréteaux pour poser et maintenir le plan de travail pendant la découpe. Si j’ai un conseil, c’est de protéger les tréteaux pour les empêcher de rayer le plan de travail. Et un deuxième conseil, c’est de faire les découpes non pas d’après des mesures théoriques, mais d’après la réalité quand c’est possible, en plaçant le plan sur les caissons et en matérialisant ce qui dépasse. S’il y a des espaces de moins de 1 cm entre le plan de travail et le mur, ils seront faciles à boucher avec un joint en silicone voire à masquer avec une crédence. Avec la gamme Metod, le plan de travail est facile à fixer aux caissons, car ils contiennent des baguettes métalliques prépercées spécialement pour y mettre les vis.

_ Arrivé là, la cuisine a bien pris forme, on se dit donc que le plus dur est fait. Le plus dur peut-être, mais le plus long attend encore, et c’est là que nous avons mal géré notre temps ! Il reste donc à placer l’évier, faire les joints, placer les façades, placer les poignées, fixer la crédence et le fond de hotte, installer la hotte et les spots, et enfin placer les plinthes. Ce n’est pas compliqué, mais ça prend beaucoup de temps !

_ Arrive enfin l’heure du nettoyage : on se retrouve avec une montagne de cartons, qu’on peut encastrer les uns dans les autres pour faciliter leur transport. Dans notre cas il y avait des bennes de chantier à proximité, mais sinon il est utile de se renseigner à l’avance sur la collecte des encombrants ou les conditions d’accès à la déchetterie.

_ J’en parle en dernier, mais ça se prépare avant même le chantier : le montage d’une cuisine est un effort de longue durée qu’il faut absolument entrecouper avec du réconfort ! Autrement dit : prévoir de l’eau, des boissons sucrées (donc des gobelets), des biscuits… Et si l’appartement est un chantier, prévoir savon, torchon, papier toilette et balai.

Bilan : nous sommes très fiers d’avoir monté cette cuisine, le résultat est tout à fait propre, mais c’est aussi parce que nous avions du bon matériel et du temps devant nous !

Et pour toi, le montage d’une cuisine en kit, c’est une évidence ? Un challenge ?

Envoyer un message